Anna Valenn, Books Love & Music aime les +1ers romans

Putain, ça penche, Alain Souchon
Que vous soyez col blanc ou col bleu, à Boston, vous habitez avec ceux qui s'habillent comme vous. La limite séparant les classes sociales tranche dans le vif comme un scalpel et creuse un fossé infranchissable. Les vieilles fortunes, qui remontent à plusieurs générations, vivent sur les hauteurs de Beacon Hill et de North End. Elles passent l'été dans les villes comme Newport ou dans la région des Berkshires.

Aux yeux des riches, les gens comme moi sont des losers, des prolos. À nos yeux, les riches ne sont qu'une bande de chochottes nées avec une cuillère en argent dans la bouche. Le col de Kelly Reese était tellement blanc qu'il brillait dans l'obscurité. Cela n'empêcha pourtant pas d'admirer son cul alors qu'elle montait les marches devant moi. Quand il s'agit de reluquer une fille, les frontières économiques ne tiennent pas.




Todd Robinson, The Hard Bounce / Cassandra, trad. Laurent Bury pour les éditions Gallmeister, aussi en format poche TOTEM   - Une gamine, Cassandra, disparaît. Boo et Junior sont chargés de la retrouver. Polar, rythmé, à l'intrigue un brin trop compliquée, on s'y perd un peu, du déjà lu, au snuff movie près, mais Boo et Junior, amitié forgée dans l'enfer d'une enfance orpheline, forment un duo original et attachant de videurs enquêteurs.

Lu en français, des pioches par ci, par là, dans la V.O., il me semble que le texte d'origine est affadi en français. Déjà le titre,  "Cassandra" est réducteur, là où "The Hard Bounce" annonce le programme, est synthétique et formidable. À suivre !


Et c'est toi qui vas m'empêcher d'entrer, peut-être ?

- Ouais.

Et voilà, j'avais craché le morceau. On allait bien voir ce que ça donnerait. Je serrai le poing autour du feutre à pointe moyenne que j'avais dans la poche. Le meilleur ami du videur. Ça ne tue personne, mais ça vous fait un mal de chien quand on vous l'enfonce entre deux côtes.

"Who's gonna stop me, you?"

"Yup." There it was. The frog was dropped. Let's see if it  jumped. I balled my fist around the medium-point Sharpie in my pocket. Bouncer's best friend. Won't kill anybody, but hurts like a bitch when jammed between a couple of ribs.

il te reste de la pâte de piment ? (hiver à sokcho) +1

On Melancholy Hill, Gorillaz
Plus tard depuis mon lit, j'ai entendu le grattement de la plume. Je me suis collée contre la paroi. Cela rongeait, démangeait. Me dérangeait presque. Ce n'était pas continu. J'im

Anna Valenn, Books Love & Music aime les +1ers romans
aginais les doigts de Kerrand s'animer en patte d'araignées, son regard se relever encore, s'assurer que l'encre ne trahirait pas la vision, vérifier que le temps qu'il trace le trait, la femme ne s'enfuirait pas. Je la voyais vêtue d'un morceau de tissu du buste à la naissance des cuisses, lever le menton, un bras contre le mur, et l'appeler, câline, arrogante. Mais face à la peur comme les autres fois, il verserait l'encre pour qu'elle s'évanouisse.





Hiver à Sokcho, Elisa Shua Dusapin aux Éditions ZOÉ. - Ça se passe en hiver, à Sokcho, ville portuaire et balnéaire à la frontière de la Corée du Nord. Elle est née d'un père français qu'elle ne connaît pas, et d'une mère coréenne, qui travaille le poisson, et dont elle est toute la vie. Son petit ami, mannequin, part tenter sa chance à Séoul. Elle a étudié la littérature coréenne et française, mais là, est bonne à tout faire, aussi la cuisine, dans une pension défraîchie. Lui, débarque dans cette pension, est normand et auteur de BD venu chercher l'inspiration. Un premier roman, comme une peinture impressionniste, et très réaliste pour les détails. 


En retournant à la réception, j'ai fait un détour par le marché de poissons pour chercher les restes que ma mère me mettait de côté. J'ai traversé les allées jusqu'à l'étal quarante-deux sans prêter attention aux regards levés sur mon passage. Vingt-trois ans après que mon père avait séduit ma mère puis était reparti sans laisser de traces, mon métissage français restait source de commérages.

Ma mère, trop fardée comme toujours, m'a tendu un sac de bébés poulpes :

- On n'a que ça en ce moment. Il te reste de la pâte de piment ?

- Oui.

- Je vais t'en donner.

- Pas la peine, j'en ai encore.

- Pourquoi tu ne l'utilises pas ?

- Je l'utilise !

from back to front, i love you (the miniaturist / miniaturiste) +1

C'est comme ça, Les Rita Mitsouko

Anna Valenn, Books Love & Music aime les +1ers romans
- Ce n'est pas xxx qui m'a trahi, Nella, dit Johannes d'une voix plus dure que jamais. C'est cette ville. Ce sont les années que nous avons tous passées dans une cage invisible, dont les barreaux sont faits d'une hypocrisie meurtrière.

- Mais il...

- Le comportement de chacun est observé en permanence. Et toute cette bigoterie - les voisins surveillent leurs voisins, tressant des cordes pour tous nous ligoter ! 



The Miniaturist by Jessie Burton / Miniaturiste, premier roman d'une 
comédienne pour le théâtre et la télévision, traduit par Dominique Letellier, Coll. du Monde Entier, Gallimard ; aussi en format poche. - Amsterdam au 17ème siècle. Nelly, 18 ans, débarque de sa campagne, pour vivre sa vie de femme mariée à Johannes, prospère marchand, 39 ans et un secret. Et le lecteur se trouve embarqué dans une histoire invraisemblable, séduit par des personnages moyennement crédibles, etc etc. Bref, un roman avec des tas de défauts, mais qui 
emporte, c'est comme ça.



The spine is flexible, the book has been used often. As Nella moves to put it back on the pile, a piece of paper covered in writing falls from its middle pages. She scoops it from the floor and the words charge her blood.

I love you. I love you. From back to front, I love you.